Benfica 1-0 Zenit
Ajouté | Auteur Geoffrey Hery | Commentaires
Benfica 1-0 Zenit

Longtemps ce match aller des huitièmes de finale de ligue des champions aura paru voué à se terminer sans but. Dans le money-time, une tête de Jonas a finalement surpris les joueurs du Zenit. Regrettable sur la forme, peut-être logique sur le fond, le résultat laisse quoi qu'il en soit des espoirs pour le match retour. Marquer deux fois et ne pas encaisser de but, le compte à rebours pour le 9 mars a déjà commencé.

Une fin cruelle.

Longtemps ce match aller des huitièmes de finale de ligue des champions aura paru voué à se terminer sans but. Dans le money-time, une tête de Jonas a finalement surpris les joueurs du Zenit. Regrettable sur la forme, peut-être logique sur le fond, le résultat laisse quoi qu'il en soit des espoirs pour le match retour. Marquer deux fois et ne pas encaisser de but, le compte à rebours pour le 9 mars a déjà commencé.

La première mi-temps commence par de multiples fautes au milieu de terrain. Les quarante-cinq premières minutes vont offrir peu d’occasions de but mais un spectacle plaisant. Les moins en vue restent les animateurs offensifs. Jonas et Gaïtan du côté Benfiquiste, Hulk et Danny pour le Zenit manquent d’efficacité dans leurs derniers gestes.

Personne ne trouve la faille.

Des occasions sont néanmoins à signaler de chaque côté. Ainsi après le quart d'heure de jeu (17ème et 19ème), les portugais font quelques frayeurs à Lodygin. Suite à deux erreurs de la défense russe sur le côté gauche, les rouges de Lisbonne obtiennent des bonnes situations qu'ils ne parviennent pas à exploiter. Le Zenit se reprend rapidement et décide de jouer un peu plus haut. Mais la défense russe reste sur ses gardes. Bénéficiant d’une glissade de Lombaerts, Jonas n’est pas loin d’ouvrir la marque d’une frappe enroulée (28’). 

Côté tribune,les spectateurs de Benfica profitent de chaque ballon perdu pour rappeler à Hulk son passé portugais à Porto. Le Brésilien bénéficiera d’un coup-franc bien placé pour répondre (33’). Sa frappe trop écrasée passe finalement assez largement à gauche du but de Julio César. 

Une dernière minute fatale.

En début de seconde mi-temps,  l’équilibre de l’équipe d’AVB contient l’envie des Benfiquistes. Problème, cet équilibre va peu à peu s’effriter. Conséquence, Lodygin doit sortir une magnifique parade pour maintenir à flot le Zenit (68ème). Quelques minutes plus tard, Jardel n’est pas loin de reprendre victorieusement un centre venu de la droite. Eliseu met à son tour le gardien russe à l’epreuve. Lodygin résiste.

Mais peut-être parce que les joueurs ne peuvent encore tenir 90 minutes, Benfica va finir par trouver l’ouverture. Et ainsi cette 89ème minute avec une prise de balle dos au but d’un portugais, une faute sans doute évitable de Criscito, un rouge pour l’italien, un coup-franc de la dernière chance pour les portugais... Et pour finir le travail une tête imparable de Jonas.

Deux matchs pour retrouver du rythme.

Le résultat est difficile à avaler pour les joueurs et le staff. Mais au coup de sifflet final en conférence de presse, le coach AVB pense déjà aux deux matchs face aux Kuban et FK Krasnodar pour retrouver du rythme et enflammer le match retour le 9 mars.

Reotur à la liste