Destination quarts de finale?
Ajouté | Auteur Geoffrey Hery | Commentaires
Destination quarts de finale?

Les buts d’Artem Dzyuba et de notre brésilien Hulk, les victoires éclatantes à l’extérieur... Oui, la phase de poule de la ligue des champions a fait vivre des moments incroyables à tous les supporters du Zenit. Pour continuer l’aventure et maintenir l’espoir d’une nouvelle épopée européenne, il va falloir éliminer Benfica. Une équipe que le Zenit connaît bien en ligue des champions. Retour sur un précédent huitième de finale entre les deux équipes en 2012.

Les buts d’Artem Dzyuba et de notre brésilien Hulk, les victoires éclatantes à l’extérieur... Oui, la phase de poule de la ligue des champions a fait vivre des moments incroyables à tous les supporters du Zenit. Pour continuer l’aventure et maintenir l’espoir d’une nouvelle épopée européenne, il va falloir éliminer Benfica. Une équipe que le Zenit connaît bien en ligue des champions. Retour sur un précédent huitième de finale entre les deux équipes en 2012.

Un Zenit conquérant en Russie...
Lors de cette saison 2011-2012, le Zenit découvre un championnat nouvelle formule avec un break en hiver pour s’adapter aux exigences des compétitions européennes. C’est donc une saison 2011-2012 de transition. Et les joueurs de Saint-Petersbourg s’acclimate plutôt bien à ce nouveau rythme. Kerzhakov rayonne, Semak et Shirokov distribue les caviars.

... maiis un début de campagne européenne mi-figue, mi-raisin.
Atteindre les huitièmes de finale pour le Zenit lors de la campagne 2011-2012 était loin d’être assuré au soir du premier match de poule à Nicosie. Dans le groupe du Shaktar Donetsk, de Porto et de l’Apoel Nicosie, le favori russe du groupe voyage en terre chypriote pour débuter les festivités.
Et l’aventure commence de la plus mauvaise des façons. Face à un Apoel accrocheur et buteur en deux minutes, les coéquipiers d’Anyukov vivent une première désillusion: défaite 2-1. Si le Zenit va se reprendre lors de cette phase de poules, il peinera à assumer son statut de favori et à convaincre ces supporters. Les joueurs de Spaletti se qualifie finalement avec deux victoires, trois nuls et une défaite. 

Benfica était passé par les barrages.
En huitièmes, c'est le moment d’affronter un Benfica qui revient de loin dans cette compétition. En effet, les rouges ont repris les terrains dès fin juillet lors des barrages de ligue des champions. En éliminant Trabzonspor puis Twente, Benfica s’était vu offrir la chance de défier les mancuniens de Sir Alex  Ferguson en groupe. Et Axel Witsel et sa bande   s’en étaient très bien sorti en faisant deux fois match nul face à l’ogre anglais.

Une première manche pour le Zenit.
Première rencontre, premiers échanges et première victoire du Zenit. Les coéquipiers de Serguei Semak qui n’officiait pas encore sur le banc du Petrovsky, accueillent les portugais. Et ce premier match sourit aux russes qui l’emportent trois buts à deux au terme d'un match enlevé.
Après un premier but encaissé suite à une faute de main de Zhevnov, le Zenit profitent de la vista de Shirokov puis de Semak pour reprendre l’avantage. Sur le second but du futur coach, Aleksander Kerzhakov réalise un geste somptueux pour remettre le ballon en jeu. La grande époque !
Suite à une nouvelle intervention douteuse de Zhevnov, Benfica revient au score mais finit par s’incliner devant l’opportunisme de Shirokov. Ce dernier profite d’une mésentente dans la défense lisboète pour dribbler le gardien et marquer dans le but vide en glissant. Luciano Spaletti peut exulter.

Un match retour fatal.
Le match retour ne va pas malheureusement être du même acabit. Le Zenit est dominé deux buts à zéro dans l’antre du Benfica. Les joueurs russes peuvent regretter les deux buts encaissés au Petrovsky mais doivent reconnaître que les portugais ont dominé les débats. C’est donc un tout autre match que devront produire les coéquipiers de Danny. Ne pas concéder autant d’occasions de buts et fructifier la possession de balle : plus facile à dire qu’à faire.
En dépit de ce précédent, les statistiques plaident en faveur du Zenit sur certains points : le club est invaincu face aux clubs portugais à domicile et a remporté trois de ses quatre rencontres face au Benfica. Croisons les doigts pour mardi.

Reotur à la liste